AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sana
Loves her Mohno
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7946
Age : 28
Localisation : Somewhere else
Réputation : 12
Date d'inscription : 30/05/2007

Feuille de personnage
Pseudo: Fye D. Flowright
Âge: 23
Sexe: Masculin

MessageSujet: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Lun 31 Aoû - 21:19

L'eau était froide. Glaciale, même - mais surtout, salée, et Hannibal, qui avait pourtant une très haute tolérance à la douleur et à l'inconfort, avait l'impression qu'un feu grégeois était en train de brûler dans son ventre, là où la balle avait traversé. Il s'était gravement claqué le dos en tombant dans l'eau, et s'était entaillé profondément le mollet sur un rocher pointu lorsqu'ils avaient fait leur plongeon - il pouvait le sentir à la brûlure de l'eau sur la plaie.

Pas le meilleur antiseptique au monde, l'eau de mer. Ils avaient - ou plutôt, pour être plus précis, Hannibal avait - survécu, mais ça ne garantissait pas sa survie à venir pour autant. Difficile, quand on était blessé comme il l'était, et qu'on venait de faire une chute de cinquante mètres depuis une falaise.

Will les avait précipités dans l'eau. Hannibal n'avait rien vu venir, fasciné et ébloui qu'il était par Will, son Will, son menton dégoulinant de sang, ses cheveux humides, le sourire qui était né sur ses lèvres lorsqu'il avait dit qu'il trouvait ça beau. De tous les souvenirs qui se bousculaient dans sa tête - et il y en avait beaucoup, car Hannibal avait une excellente mémoire - il n'avait jamais rien vécu d'aussi incroyable, d'aussi parfait. Et l'instant d'après, Will avait passé ses bras autour de son cou.

Même s'il avait vu venir la chute, il n'aurait probablement rien fait pour la stopper.

Toujours était-il qu'il était encore vivant, pour l'instant, mais qu'il ne risquait pas de le rester longtemps s'il restait dans cette eau glaciale. L'hypothermie guettait, l'infection, l'épuisement - tant de façons de mourir.

Aucune d'entre elle n'importait si Will était mort.

Hannibal était celui qui avait pris tout le choc de la chute, mais Will, dans l'eau à côté de lui, avait les yeux fermés, soit inconscient, soit pire, et entre la douleur et  la fatigue, Hannibal ressentit brusquement un pic d'angoisse à l'idée que Will était peut-être mort - sans qu'il ne l'ait tué lui-même. Il était la seule personne à pouvoir mettre fin à la vie de Will.

- Will.  ...Will !

Dans sa situation, peinant déjà à surnager, il était complètement impossible de lui prendre son pouls ; il décida donc de parer au plus pressé, rassembla son courage, et saisit le bras de Will (le gauche, même si prendre soin de ne pas aggraver  ses blessures semblait relativement absurde pour l'instant), pour se mettre à nager vers une petite crique sablonneuse de sa connaissance, enfouie à l'intérieur de la falaise, et qui débouchait à l'air libre un peu plus loin sur les terres (après un tunnel et un escalier taillé dans la pierre noire qui seraient probablement infernaux à remonter, mais qui valaient mieux que de nager pendant des heures jusqu'à s'épuiser dans l'océan Atlantique).

Il lui fallut jusqu'à la dernière once de son courage pour tirer le poids mort que constituait le corps de Will jusqu'à la caverne sablonneuse - et pourtant, il s'y connaissait en poids morts, en plus de trente ans de carrière de tueur en série - mais finalement, la crique était en vue, et Hannibal s'effondra sur le sable, avec l'intention de prendre cinq minutes de pause avant de remonter le corps de Will le long du tunnel et des escaliers, mais finissant par s'évanouir proprement et simplement, le nez dans le sable, la main sur la poitrine de Will.

La dernière chose qu'il sentit avant de sombrer dans l'inconscience fut le coeur de Will qui battait faiblement contre sa paume, et l'onde de soulagement qui le parcourut était tellement risible qu'il fut presque soulagé de s'évanouir, pour la faire disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle-du-yaoi.aforumfree.com
Zazaaaah
Pure Angel
Pure Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 22
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/08/2015

Feuille de personnage
Pseudo: Will Graham
Âge:
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Lun 31 Aoû - 23:56

Le vent frappait son visage et précipitait du sable dans la plaie qui le perforait, allant même jusqu'à en mêler au sang coagulé qui recouvrait sa joue. La douleur qui parcourait l’intégralité de son corps détrempé le faisait doucement sortir de l’inconscience pour le mener tout droit en enfer. Chaque minuscule parcelle de son être hurlait, de ses orteils léchés par l’océan jusqu’à ses côtes certainement fêlées, avant de finalement atteindre sa tête.

Dans sa bouche, le goût métallique et caractéristique alourdissait sa langue. Ses vêtements le collaient et frottaient contre ses blessures, toujours souillés de sang – le sien, comme celui de Francis et celui d’Hannibal.

A cette pensée, il prit conscience du corps inanimé qui le clouait contre le sol et il tenta d’ouvrir les yeux, mais ses paupières refusaient purement et simplement de lui obéir.  Après plusieurs tentatives qui accentuèrent son incroyable mal de crâne, il y parvint finalement. Le monde fut encore sombre et flou pendant quelques instants avant que sa vue ne devienne nette.

Il faisait encore nuit noire, le ciel caché par d’innombrables nuages d’encre alors que l’Atlantique se déroulait à leurs pieds. Hannibal reposait sur son torse, sa tête non loin de l’entaille qui parcourait son pectoral droit, sa main posée là où se trouvait son cœur, respirant doucement.

Ils étaient vivants.

Sauter de cette falaise lui avait absolument paru évident, tout comme la révélation qu’il avait eue lorsqu’ils s’étaient déchaînés sur le corps du Dragon Rouge.

Il se souvenait avec une précision extraordinaire de chacun de leurs mouvements pour l’abattre, comme s’ils avaient répété ce ballet macabre des heures durant. Il se souvenait du sentiment qui l’avait envahi lorsque la lame du couteau avait pénétré la chair pour la meurtrir et libérer le sang qui avait recouvert ses mains.

L’espace d’un instant ou d’une éternité, ils avaient été des Dieux et il avait aimé ça, tout comme il avait aimé se retrouver contre le corps encore tendu par l’adrénaline du tueur en série, ébloui par la cohésion animale de leurs sens et de leurs mouvements. Il l’avait dit, il l’avait ressenti : La promesse de cette vie était magnifique.

Sauter avait été sa dernière décision sensée, la seule option s’il voulait empêcher cette alchimie de renaître,  s’il voulait que le sentiment d’extase, de puissance qui avait explosé dans sa poitrine ne finisse par lui devenir indispensable. Mais c’était trop tard, maintenant. Ils avaient survécu tous les deux à leurs blessures ainsi qu’à cette chute et Will savait pertinemment ce qui les attendait maintenant s’ils parvenaient à s’en sortir.

La douleur le ramena brusquement à la réalité lorsqu’il bougea légèrement son torse, le faisant gémir en serrant les dents, accentuant les tiraillements de son visage par la même occasion. Ses blessures le brûlaient, irritées par le sel et les grains de sable omniprésents. Une rafale de vent lui fit fermer violemment les yeux et ses mâchoires claquèrent sans qu’il ne puisse rien y faire. Il pouvait maintenant sentir la fièvre courir dans ses veines.

Sur lui, le corps d’Hannibal demeurait froid et s’ils ne bougeaient pas, ils finiraient par mourir pour de bon. Il essaya de se dégager de l’emprise de l’autre homme mais ne fit que faire grandir sa propre douleur. Bientôt, sa respiration fut absolument chaotique et il savait pertinemment que cela n’allait pas du tout améliorer son état, bien au contraire. Ses forces l’avaient quitté et il parvenait à peine à lever ses bras engourdis pour tenter de le pousser sur le sable. Cette nouvelle tentative le fit à nouveau gémir. Il fallait qu’Hannibal se réveille mais même sa bouche ne voulait pas coopérer, à la fois trop pâteuse et trop sèche.

Alors qu’il allait tenter une dernière fois de se dégager, serrant les dents d’avance face à la douleur qui allait l’assaillir, ses yeux furent les prisonniers d’un regard qu’il connaissait par cœur. Il ne put alors s'empêcher de lui sourire, malgré le froid, la fièvre et le sang.

- Bonsoir, Hannibal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sana
Loves her Mohno
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7946
Age : 28
Localisation : Somewhere else
Réputation : 12
Date d'inscription : 30/05/2007

Feuille de personnage
Pseudo: Fye D. Flowright
Âge: 23
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Mar 1 Sep - 0:58

Son inconscience ne fut pas longue - Hannibal, en tant que prédateur, ne pouvait pas se permettre de rester trop longtemps vulnérable. Certes, il était loin d'être certain que Will, dans son état, chercherait à lui faire du mal, mais l'homme l'avait déjà étonné par le passé, et Hannibal le voyait bien recommencer.

Il ouvrit les yeux, l'esprit engourdi, pour découvrir que Will s'agitait à côté de lui. Alors il était vivant, assez vivant pour sortir de lui-même de son inconscience - assez vivant pour tourner la tête vers lui, découvrir qu'il était conscient, et lui sourire.

"Bonsoir, Hannibal."

Hannibal le lui avait dit, un peu plus tôt dans la soirée : "My compassion for you is inconvenient." Il en fut une nouvelle fois amèrement conscient, alors que quelque chose se contractait dans son estomac à la vision de ce sourire. Il n'était pas insensible, il n'était pas psychopathe, comme la presse en était certaine, mais il était simplement parfaitement au contrôle de ses sentiments chaque fois que c'était nécessaire, et c'était tout ce qui faisait la particularité de Will Graham : quand ça le concernait, il en était incapable.

Pendant un instant, il observa son visage en silence - l'eau de mer avait nettoyé un peu de sang, mais il en restait une bonne partie sur son visage, surtout là où le couteau avait transpercé sa joue.
Une plaie qu'il fallait soigner d'urgence s'il voulait que Will survive, et pour autant qu'il ait essayé de l'assassiner plusieurs fois, oh oui, il le voulait.

- Bonsoir, Will.

C'était étrange. Juste avant la chute, qui lui paraissait aussi lointaine qu'une éternité, mais qui au final, n'avait eu lieu qu'une demi-heure plus tôt tout au plus, Will avait enfin accepté de sombrer avec lui (dans tous les sens du terme). Pour tout ce qu'Hannibal avait imaginé la scène, c'était tout de même si inattendu qu'il ne savait pas comment il était censé réagir, et ça, c'était quelque chose de nouveau chez lui.
C'était le propre de Will Graham, de lui faire sans cesse ressentir de nouvelles sensations.

- Je ne pensais pas qu'on survivrait, avoua-t-il l'instant d'après. Et je suis navré de te le dire, mais si on veut continuer à survivre, il va falloir quitter cet endroit.

Son corps entier hurlait au supplice lorsqu'il tenta de se lever, mais Hannibal était habitué à ne pas l'écouter. Il se redressa difficilement, les jambes instables - le sable, là où il s'était effondré, était tâché d'une grosse marque de sang - et tourna son regard vers le fond de la caverne. Son regard exercé parvenait à discerner la petite ouverture dans la roche noire qui menait aux escaliers. La montée serait rude, mais une fois sortis, ils pourraient regagner la maison (impossible que Jack ait déjà trouvé cette cachette si bien gardée), panser leurs plaies, et aviser.

Il tourna à nouveau le regard vers Will, et avec une certaine hésitation, tendit la main vers lui pour l'aider à se lever, comme il l'avait fait un peu plus tôt dans la soirée. Malgré le sourire de Will, il ne savait toujours pas s'il pouvait lui faire confiance ; mais il ne l'avait jamais vraiment su, et les chances étaient meilleures ce soir qu'elles ne l'avaient jamais été. Il était décidé à tenter le coup.

- Viens.

Malgré le mode impératif, c'était plus une requête qu'un ordre, et Hannibal attendit de voir si Will prendrait sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle-du-yaoi.aforumfree.com
Zazaaaah
Pure Angel
Pure Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 22
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/08/2015

Feuille de personnage
Pseudo: Will Graham
Âge:
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Mar 1 Sep - 3:16

« Viens. »

La main qu’Hannibal lui tendait semblait sûre, solide et rassurante malgré le fait que ce dernier semblait tenir debout par miracle. Il restait quelques traces de sang sur son visage mais la plus grande partie avait été lavée par l’océan, ses cheveux demeurant collés sur son front, du sable le tachant de part et d’autres. Son abdomen, en revanche, continuait de suinter sans discontinuer. Il devait certainement autant souffrir que Will.

Ce dernier considéra quelques secondes la main tendue avant de la saisir avec les dernières forces qui lui restaient, celles qu’il ne soupçonnait même pas posséder. La poigne de l’autre homme lui permit de se hisser sur ses deux jambes alors que ses muscles, ses os et sa peau se rebellaient contre chaque mouvement.
Il n’avait aucune raison de ne pas accepter son aide. Après tout, ce n’était pas comme s’il avait le choix. Puis, s’ils étaient là, à moitié morts sur les berges de l’Atlantique aux pieds d’immenses falaises, c’était parce qu’il avait tenté de les tuer tous les deux. Même s’il devait mourir plus tard, il ne souhaitait pas rester agonisant dans le sable.

Et puis, il penserait à cette option une fois qu’il aurait pris des antibiotiques. Hannibal restait dangereux, qu’il soit blessé ou pas, mais Will savait qu’il ne profiterait pas de la situation.

Ses pieds s’enfonçaient dans le sol comme s’il marchait dans des sables mouvants et, en dépit de ses propres blessures, l’autre homme le gardait fermement serré contre lui, l’aidant à passer son bras gauche autour de ses épaules alors qu’il maintenait sa main droite contre sa hanche, comme le jour où il fut touché par Chiyoh à Florence.

Une fois encore, il le portait. Ce n’était sans doute pas pour rien qu’il représentait le pilier principal de sa vie.
Il leur fallut faire plusieurs mètres en silence avant d’arriver dans la petite caverne sombre que le plus vieux semblait viser depuis le début. Ils durent se baisser légèrement pour la traverser et Will fit tous les efforts du monde pour ne pas laisser échapper un gémissement de douleur en se pliant. Hannibal, à ses côtés et malgré ses plaies, restait toujours aussi stoïque. Enfin, il aperçut alors les petits escaliers de pierres au fond, qui semblaient grimper jusqu’à la surface.

Il allait souffrir. Ou plutôt, ils allaient souffrir.

Toujours dans un silence religieux, ils commencèrent leur ascension, le plus jeune ouvrant leur marche. Il essayait de ne pas penser à la nausée qui lui prenait le cœur, à sa tête qui menaçait d’exploser ou bien à la douleur lancinante qui lui vrillait le torse à chaque pas qu’il faisait, le dos encore voûté alors que la pierre humide le frôlait de part et d’autre. Derrière lui, il sentait la présence de l’autre homme et il ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il était finalement heureux de s’en être sorti.

Plusieurs fois, il faillit perdre l’équilibre mais les réflexes d’Hannibal demeuraient absolument intacts et l’empêchèrent de les faire dégringoler tous les deux. Cela sembla durer une longue et douloureuse éternité.
Lorsque finalement, ils furent de nouveau à l’air libre, Will se tourna vers lui. La fièvre l’enveloppait au même titre que la douleur mais il tenait absolument à le suivre jusqu’au bout. Lui aussi semblait d’une pâleur absolument cadavérique malgré l'obscurité. Trempés, couverts de sable et de sang, ils devaient avoir l’air de deux naufragés après une tempête. C’était peut-être ce qu’ils étaient, après tout.
Hannibal se replaça à ses côtés en silence et l’aida à avancer. Ils devaient sans doute regagner la maison.

Une rafale de vent fit claquer ses dents comme jamais, aggravant la plaie qui prenait place sur son visage tandis que son corps se crispait sous l’assaut. Immédiatement, il sentit la prise se resserrer contre lui, certainement dans l’espoir vain de le préserver du froid.

- Merci… murmura Will en se blottissant autant qu’il le pouvait contre le plus vieux.

Ce fut la seule chose qu’il fut capable de dire tant ses dents s’entrechoquaient, ses muscles convulsant presque. Il puisait dans ses dernières réserves et ce fut avec un soulagement palpable qu’il aperçut enfin la maison encore éclairée parmi les arbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sana
Loves her Mohno
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7946
Age : 28
Localisation : Somewhere else
Réputation : 12
Date d'inscription : 30/05/2007

Feuille de personnage
Pseudo: Fye D. Flowright
Âge: 23
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Mar 1 Sep - 11:10

Will prit sa main, avec autant d'hésitation qu'Hannibal avait montré à la lui tendre - mais il la prit tout de même. Le sable crissait sous leurs peaux jointes, le sang collait, mais la main de Will semblait chaude (du moins, par rapport à la sienne, bien qu'en réalité, elle ne devait pas l'être tant que ça), et Hannibal la tira contre lui. Le tiraillement de douleur qui en résultat dans son ventre était fort désagréable, mais il mit un point d'honneur à ne pas le montrer sur son visage.

Il aida Will à marcher, fermement serré contre lui comme cette fois-là à Florence, lorsque Will avait tenté de le tuer. Une fois encore. Un élan d'affection lui traversa les veines ; l'idée que Will montre tant de détermination à vouloir l'assassiner était à la fois étrange et charmante. Elle valait mille fois mieux, en tout cas, que ce jour terrible où il avait rejeté Hannibal, chez lui à Wolf Trap, sans prendre la peine de le tuer, ou de chercher à le poursuivre. La haine de Will Graham était préférable à son indifférence.

Mais Will ne le haïssait pas. Au contraire. Et maintenant qu'il avait laissé son ancien Lui en haut de la falaise, mort avec Dolarhyde, Hannibal se demandait sincèrement ce qu'ils deviendraient.

En silence, avec difficulté, ils remontèrent le petit escalier. C'était dur pour Hannibal, mais c'était encore plus dur pour Will, et Hannibal dut l'empêcher plusieurs fois de déraper sur la pierre noire et humide.

A cette distance, il pouvait sentir son odeur, teintée par l'iode, mais reconnaissable entre toutes, cette fragrance qui n'appartenait qu'à lui, qu'elle ait des accents de maladie, ou de peur, ou de désespoir. Will avait senti merveilleusement bon lorsqu'ils s'étaient retrouvés à Florence devant la Primavera, mais c'était ce soir, moins d'une heure plus tôt, que son odeur avait donné l'impression à Hannibal de perdre la tête, juste après Francis, juste avant la chute. Ce mélange de sang et de bonheur - il avait senti son cœur se contracter.

Il le sentait encore, d'ailleurs, car l'odeur était toujours là, et c'était une lutte de tous les instants avec ses instincts pour s'empêcher de plonger le nez dans le cou de Will et lui arracher la gorge, de lui ouvrir la poitrine avec ses propres mains et de lui dévorer le cœur. Il avait déjà envisagé de manger Will Graham, mais jamais auparavant il n'avait pensé en faire un acte d'amour.

Ses pensées étaient suffisamment envahissantes pour l'empêcher de trop s'attarder sur la douleur qui accompagnait l'ascension ; mais finalement, ils débouchèrent à l'air libre, le vent iodé leur fouettant la peau et les bruyères battant leurs jambes, et lorsque Will se blottit contre lui en murmurant un merci, Hannibal décida de ne pas retenir son geste de tendresse, et posa un instant ses lèvres sur les boucles de Will, humides de transpiration et lourdes de sel. Sous ses cheveux, son crâne était brûlant de fièvre, et après avoir empli une dernière fois ses narines de l'odeur unique de son Will, Hannibal le ramena vers la maison.

Ils laissaient des traînées de sang partout derrière eux sur le carrelage, et il faudrait laver tout ça avec minutie avant de partir - si jamais Jack découvrait cet endroit, Hannibal préférait qu'il se laisse convaincre par les traces de sang sur la terrasse qui prouvaient que Will et lui s'étaient tués en tombant de la falaise. Dans des cas comme ça, c'était plus facile d'être officiellement mort.

Mais pour l'instant, il fallait s'occuper de leurs blessures, et heureusement, Hannibal avait tout un arsenal dans sa salle de bain.

Il fallait d'abord qu'il s'occupe de Will, car il était très probable qu'il s'évanouisse une seconde fois une fois qu'il se serait occupé de la plaie qui lui trouait le ventre - mais ses mains tremblaient, et ça n'allait pas être beau s'il devait recoudre Will dans cet état.

- Assieds-toi sur le bord de la baignoire, dit-il à Will tout en fouillant les étagères.

Après avoir trouvé ce qu'il cherchait, il enleva (difficilement) son pull tâché de sang, et releva la manche de sa chemise trempée pour se faire une injection de dopamine, qui l'aiderait à tenir le coup pour l'instant.

Puis il s'assit sur la baignoire à côté de Will, son énorme boîte à pharmacie à côté de lui, ignorant la douleur que la position déclenchait dans son estomac, et commença à désinfecter la plaie. Elle était pleine de sable - la cicatrisation ne serait pas belle.
Dieu qu'il regrettait que la plaie ne vienne pas de lui. Il l'aurait trouvée magnifique.

Aussi précautionneusement qu'il le put, il lava la plaie, mais l'alcool piquait, et il voyait Will se contracter sous la douleur. Rapidement, il passa une main sur sa joue, puis ses cheveux, et murmura :

- Ce sera bientôt fini.

Il enleva ensuite, avec autant de douceur que possible, la chemise de Will - originellement blanche, et maintenant grise, rouge, et sable - et s'occupa de l'autre plaie, près de son épaule droite. Il avait deux cicatrices de balle sur les deux épaules, et Hannibal, une nouvelle fois, regretta de tout cœur de n'avoir pas été (directement, du moins) le responsable de ses cicatrices.
Mais au moins, celles qui lui barraient le front et le ventre étaient les siennes, à lui seul.
Lorsque ce fut fini, il adressa un petit sourire à Will et lui caressa les cheveux - il n'était pas certain que Will resterait conscient, car son regard était un peu hagard, mais au moins, les plaies les plus importantes étaient pansées.

A présent, il fallait s'occuper de lui-même, et c'était ce qui allait être le plus difficile - mais Hannibal n'était sinon obstiné, et il désinfecta le devant de sa plaie avant autant de minutie qu'il avait mis à s'occuper de celles de Will. Il bloqua la plaie avec un énorme pansement, et se tourna vers Will, une expression d'excuse dans le regard.

- J'ai besoin de toi pour là où la balle est entrée, dans mon dos. Ce ne sera pas suffisant ; quand tu auras fini, il faudra qu'on prenne la voiture. Je connais un médecin qui nous examinera plus en détails sans nous poser de questions, à une heure de route d'ici. Tu te sentiras capable de conduire?

Il était certain que Will en serait capable - quand à savoir s'il amènerait un Hannibal inconscient chez un médecin pour lui sauver la vie... c'était une autre paire de manches.
A tout hasard, Hannibal avait tout de même préparé dans le coffre de la voiture un sac plein de vêtements et d'argent, au cas où.
Avec un peu de chance, Will resterait à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle-du-yaoi.aforumfree.com
Zazaaaah
Pure Angel
Pure Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 22
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/08/2015

Feuille de personnage
Pseudo: Will Graham
Âge:
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Mar 1 Sep - 15:48

Dans un état second depuis leur sortie du tunnel, Will se laissa faire sans broncher lorsqu’Hannibal pansa ses plaies, après lui avoir demandé de s’asseoir.  Il avait mal, l’alcool brûlait les chairs de son visage et de son torse, son envie de vomir était toujours présente sans qu’il ne puisse rien y faire, mais le sourire que l’autre homme lui adressait le rassurait un peu dans le brouillard qui commençait à l’entourer. L’intimité qu’ils partageaient semblait tout à fait naturelle et il pouvait encore presque sentir les mains sûres et délicates lui ôter sa chemise avant de finalement caresser ses cheveux.

Alors qu’il allait enfin céder aux appels désespérés de son corps quand ce fut terminé, Will le vit s’affairer à nettoyer le devant de la plaie qui trouait son propre ventre. Il comprit ainsi qu’il lui faudrait l’aider à son tour avant même qu’il ne se tourne vers lui, un air qu’il ne lui connaissait pas animant son visage fatigué. Une nouvelle vague de volonté lui permit de rester éveillé.

"- J'ai besoin de toi pour là où la balle est entrée, dans mon dos. Ce ne sera pas suffisant ; quand tu auras fini, il faudra qu'on prenne la voiture. Je connais un médecin qui nous examinera plus en détails sans nous poser de questions, à une heure de route d'ici. Tu te sentiras capable de conduire?"

Il resta silencieux quelques instants et hocha la tête sans pour autant réfléchir. Conduire serait difficile, il lui faudrait trouver des trésors de concentration et de force, mais il pouvait le faire. Si Hannibal le lui demandait, c’était qu’il ne s’en sentait pas capable lui-même et cela voulait tout dire.

Doucement, il s’empara des compresses et du désinfectant qui demeuraient toujours dans les mains de l’autre homme. Leurs doigts se frôlèrent et un frisson parcourut douloureusement son échine mais il fit de son mieux pour l’ignorer. Sans un mot, Hannibal se tourna et lui offrit son dos. Will put alors constater l’étendue des dégâts.

L’impact de la balle avait explosé la peau et déchiré les chairs, arrachant un véritable pan humain. Le sang coagulait à la surface de la plaie, mêlé à une fine couche de sable, formant un véritable magma sombre. Semblant maintenant parfaitement conscient, Will fit du mieux qu’il put pour ne pas trembler lorsqu’il posa la compresse humide sur la blessure. Hannibal se tendit mais ne laissa pas échapper un seul son. Le plus jeune pinça les lèvres. Il voulait s’excuser mais cela ne servait à rien. Ils savaient tous les deux que cela ne serait pas agréable.

Minutieusement, il nettoya la plaie, enlevant la croûte noirâtre et pleine de sable qui la recouvrait, découvrant alors les tissus meurtris ayant résisté. Son autre main posée sur la hanche nue de l’autre homme, il fit du mieux qu’il put pour faire les choses proprement et rapidement. Lorsque ce fut terminé, il attrapa ce dont il avait besoin pour le pansement qui devrait tenir jusqu’à leur arrivée chez le médecin. L’un comme l’autre avaient besoin de points, mais il lui semblait que l’état d’Hannibal était le plus préoccupant.

Maintenant, ils allaient devoir certainement nettoyer l’endroit avant de s’en aller. Ils laisseraient certainement le corps du Dragon Rouge au milieu de la terrasse mais ils devaient sans doute effacer leurs traces de retour dans la maison. S’ils étaient déclarés morts, ce serait bien plus simple pour ceux qui le croiraient – Jack, Alana, Molly. A la pensée de sa femme, Will ne fut même pas surpris de ne pas ressentir de culpabilité. Ce sentiment était mort avec son humanité, un peu plus tôt, lorsqu’il avait enfin compris qu’il pouvait être plus qu’humain.

Il se leva lentement, tourné vers Hannibal.

- Je vais t’aider à t’installer dans la voiture, tu pourras te reposer un peu avant qu’on s’en aille, le temps que je puisse nettoyer tout ça.  Ça éviterait que tu ne perdes encore trop de sang.

L’autre ne répondit pas et se contenta de hocher la tête. Will remarqua alors le sang qui goutait sur le carrelage. Fronçant les sourcils, il s’agenouilla face à lui, qui demeurait toujours assis sur le rebord de la baignoire. Alors qu'Hannibal allait certainement le repousser, Will secoua la tête.

- Tu as soigné les miennes, je soignerai les tiennes.

Sans attendre de réponse, il remonta doucement le tissu humide pour dévoiler la jambe meurtrie. Une longue plaie semblait scinder la peau du mollet en deux sur une vingtaine de centimètres. Elle ne saignait pas beaucoup en comparaison au reste mais Will prit le temps de la panser, agenouillé contre le carrelage dur et froid, concentré dans sa tâche.

Une fois terminé, il se releva légèrement et se trouva face au visage d’Hannibal, dont l’expression était la même qu’au bord de la falaise, une heure ou deux plus tôt. S’il avait envie de l’embrasser, Will se força à ne pas céder à la tentation et préféra se relever difficilement pour ranger les affaires dont il s’était servi.

Il ne se sentait pas mieux, la douleur et la nausée l’accompagnaient toujours, la fièvre échauffait son sang, mais cette fois-ci Hannibal lui laissait les rênes et il ne comptait pas l’abandonner. Il fallait maintenant qu’il trouve des vêtements propres et secs, puisqu’il était absolument hors de question qu’ils remettent leurs affaires humides et souillées par le sang.

- Je vais chercher des chemises, je reviens vite.

Will sortit alors aussi rapidement qu'il le put de la salle de bain pour essayer de trouver la chambre, dans l’espoir que son absence, aussi courte soit-elle, ne laisse pas le temps à Hannibal de plonger dans l’inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sana
Loves her Mohno
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7946
Age : 28
Localisation : Somewhere else
Réputation : 12
Date d'inscription : 30/05/2007

Feuille de personnage
Pseudo: Fye D. Flowright
Âge: 23
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Mar 1 Sep - 16:31

Après tout ce qu'ils avaient vécu, et même si Will avait tenté de le tuer au moins quatre fois, par le biais de Matthew Brown, en lui pointant un pistolet dessus en sortant de BSHCI, en cachant un couteau dans sa manche à Florence, ou ce soir même, en le précipitant par dessus la falaise, il se montrait tout de même précautionneux avec la blessure, prenant soin de ne pas appuyer trop fort pour ne pas lui faire mal, et Hannibal eut envie de sourire.

"Je vais t’aider à t’installer dans la voiture, tu pourras te reposer un peu avant qu’on s’en aille, le temps que je puisse nettoyer tout ça.  Ça éviterait que tu ne perdes encore trop de sang."

Concrètement, Hannibal n'avait pas envie de se reposer. C'était une perte de temps, et il y avait tant d'autres choses à faire, comme préparer leur départ (car il doutait qu'ils reviendraient ici une fois partis), et surtout, s'il fermait les yeux, il avait peur que Will ne soit plus là en les ouvrant, et ça, il ne pouvait pas l'accepter. En pratique, il était épuisé, à cause de la balle, à cause de la chute, d'avoir traîné Will sur la rive, puis de l'avoir soutenu dans les escaliers, et il avait bien peur que la prochaine fois qu'il clignerait des yeux, il ne les rouvrirait plus. Et Will avait raison - il devait se reposer, ne serait-ce que pour lui venir en aide lorsqu'il conduirait la voiture ; Hannibal s'était peut-être pris une balle, mais Will n'était pas en bien meilleur état non plus.

Il hocha la tête, réticent tout de même, et Will ajouta :

"Tu as soigné les miennes, je soignerai les tiennes."

Pendant un instant, Hannibal chercha à analyser tout ce qu'il pouvait lire dans le regard vert-bleu de Will - et il y avait beaucoup de choses, dans ce regard, mais Hannibal n'y décelait pas ce qu'il y cherchait le plus ; de la rancœur, de la méfiance, de l'horreur, de la réticence.

Lorsque Will releva la tête vers lui, après avoir soigné sa longue plaie sur le mollet, Hannibal lut dans ses prunelles son envie de contact physique - s'il se penchait de quelques centimètres seulement... - mais Will décida, au grand regret d'Hannibal, de réprimer ses pulsions, et se releva.

"Je vais chercher des chemises, je reviens vite."

Il avait l'air tellement soucieux de bien faire - ce fut peut-être là, à ce moment précis, qu'Hannibal décida de lui faire confiance.

Il lui fit un faible sourire, et hocha la tête lentement, puis Will sortit de la salle de bain comme s'il s'était dématérialisé - à moins que ce ne soit simplement parce que le cerveau d'Hannibal n'arrivait plus à tenir le rythme - ce qui était un comble.

Après le départ de Will, il envisagea de se lever et de rassembler des affaires, de nettoyer la salle de bain du sang qui avait coulé, mais à la place, il ferma les yeux, posa la tête contre le carrelage du mur le plus proche, et resta immobile, à demi-éveillé, à demi-inconscient, jusqu'à ce que Will revienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle-du-yaoi.aforumfree.com
Zazaaaah
Pure Angel
Pure Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 22
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/08/2015

Feuille de personnage
Pseudo: Will Graham
Âge:
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Mar 1 Sep - 18:50

L’aller-retour entre la chambre et la salle de bain fut assez rapide même s’il se sentait tituber. Il avait pris soin d’enfiler une des chemises d’Hannibal seul, grimaçant et fermant les yeux lorsqu’il dut bouger son épaule droite, du sang tâchant un peu la gaze immaculée qui recouvrait sa plaie. Le parfum de la lessive particulière de l’homme se mélangeait avec sa propre odeur, qui elle laissait franchement à désirer. Enfin, ils s’occuperaient de prendre une douche plus tard. Quand il passa devant un miroir, dans un des couloirs, il aperçut son reflet et ne put que penser qu’il avait une tête d’outre-tombe.

Dans un éclair de bon sens, il passa également par la cuisine pour leur chercher une bouteille d’eau et ce fut les deux objets à la main qu’il retourna dans la salle de bain, en évitant de se tenir aux murs. Il trouva Hannibal la tête posée contre le carrelage, les yeux clos.

Le voir dans une telle position lui donnait l’impression d’être face à un fauve endormi, incroyablement paisible mais pouvant se réveiller à tout moment avant de le dévorer vivant. La comparaison lui semblait terriblement à propos.

Il s’approcha doucement et Hannibal entrouvrit les yeux en entendant ses pas. Il avait l’air proprement épuisé, les yeux légèrement vitreux. Lui aussi devait être fiévreux s’il en jugeait par la chaleur qui se dégageait de lui. Avec toutes les précautions du monde, il l’aida à s’habiller après qu’il se soit rincé la bouche, faisant en sorte que leurs peaux n’entrent pas trop en contact afin d’éviter un frisson malvenu, pour finalement le mener dans la voiture.

Il devait aller effacer leurs nouvelles traces à l’intérieur le plus rapidement possible puisqu’il n’était pas exclu que Jack finisse par les retrouver. Il prit soin de laisser les choses telles qu’elles l’avaient été jusqu’à l’arrivée de Dolarhyde et ne se préoccupa que de l’essentiel, soit de ce qu’ils avaient laissé sur leur chemin en revenant de leur chute.

Cela lui prit sans doute plus de temps qu’il ne l’avait pensé mais il pouvait déjà s’estimer heureux d’arriver à bouger comme il le faisait. Sans doute des restes du pic d’adrénaline qui l’avait assailli quelques heures avant. Lorsque finalement il retourna près du véhicule, les nuages qui avaient couvert le ciel jusqu’à présent s’en étaient allés pour laisser place à un croissant de lune. Il était bien incapable de dire l’heure qu’il était.

De la sueur coulait le long de son visage et trempait déjà le vêtement qu’il avait mis un peu plus tôt. Son sang battait contre ses tempes alors que sa langue redevenait lourde dans sa bouche. Plus vite ils arriveraient chez le médecin, plus vite ils seraient remis et plus vite ils pourraient aviser pour de bon.

Il n’avait absolument aucune idée de ce qui allait se passer après, mais ce qui était sûr, c’est qu’ils resteraient ensemble, maintenant. Enfin, si Hannibal ne changeait pas d’avis entre temps.
Ce dernier le regarda s’installer dans la voiture du coin de l’œil. Impossible de dire s’il avait dormi, mais au moins il semblait être resté là.

Le moteur gronda quand Will mit le contact avant de se tourner vers l’autre homme. Il sentait le sang imbiber lentement le pansement de sa joue.

- Je t’écoute, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sana
Loves her Mohno
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7946
Age : 28
Localisation : Somewhere else
Réputation : 12
Date d'inscription : 30/05/2007

Feuille de personnage
Pseudo: Fye D. Flowright
Âge: 23
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Mer 2 Sep - 13:19

Will. Son Will.
Il s'était occupé de tout, malgré son état pitoyable, et Hannibal ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il avait l'air au moins autant impliqué que lui - son ancien lui était mort sur la falaise, là haut ; il y avait laissé la chrysalide, et le papillon était tombé avec lui dans la mer. Il avait les ailes lourdes d'eau, à présent, mais si Hannibal avait son mot à dire, il ne tarderait pas à retrouver tout son éclat.

La gaze du pansement sur sa joue s'imbibait lentement de sang ; aux yeux d'Hannibal, c'était magnifique.
Pour conduire une voiture, ce n'était peut-être pas extra.

"Je t’écoute, maintenant."

Il avait envie de l'embrasser. Will était une torture pour son self-control, surtout quand il ne se souciait plus de réprimer ses instincts ou de combattre sa vraie nature. Là, dans la pénombre de la voiture, au travers de la douleur, l'esprit anesthésié par les médicaments, Hannibal avait l'impression de n'avoir jamais posé les yeux sur quelque chose d'aussi magnifique, et pourtant, sa vie avait été remplie de belles choses.
Will les surpassait toutes.

Il lui adressa un sourire affectueux qui n'aurait jamais dépassé l'état de pensée s'il avait été en pleine possession de ses facultés, et avec difficulté, se pencha vers le GPS intégré à la voiture. La sienne, pas celle de la police, dont les coordonnées radio seraient probablement tracées jusqu'à la planque - voilà pourquoi il était important qu'ils s'en aillent maintenant, avant que Jack Crawford et sa clique ne rappliquent. Will avait effacé leur traces - il l'avait vu faire. Ce ne serait peut-être pas suffisant, mais il supposait que Jack préférerait peut-être annoncer officiellement leur mort plutôt que leur évasion. Il y comptait, du moins.

Le GPS se mit en marche, et le temps de route estimé était de 58 minutes. Will avait de la fièvre - Hannibal pouvait la sentir depuis le siège d'à côté - et il lui arrivait de rougir et de pâlir successivement. Il ne tiendrait jamais une heure.

- Roule pendant vingt minutes, puis je te remplacerai. Si tu sens que tu n'es plus capable de continuer, à quelque moment que ce soit, arrête-toi sur le côté. Je prendrai le relais.

Ce n'était pas très responsable de conduire dans un tel état, et en temps ordinaire, Hannibal n'aurait certainement pas été aussi coulant, mais nécessité faisait loi, et survivre faisait partie des nécessités.

A présent, venait la question principale - devaient-il en parler ? Son côté psychiatre songeait que c'était certainement une bonne idée, tandis que son côté serial killer cannibale n'avait aucun problème avec l'idée de rester dans le flou avec Will pendant les années à venir, de peur de voir se briser le rêve, alors qu'il venait à peine de le réaliser - comme une bulle qu'il n'aurait pas réussi à s'empêcher de toucher du doigt.

La route était sombre, Will ne roulait pas extrêmement droit, et Hannibal jugea préférable, si conversation il devait y avoir, de la repousser à plus tard, lorsqu'ils se sentiraient mieux, tous les deux. De toute façon, Hannibal devrait certainement passer sur un billard - la gaze n'était utile que jusqu'à un certain point quand une balle de pistolet vous avait traversé le ventre. Si Will était toujours là à son réveil - en admettant qu'il n'ait pas besoin de chirurgie à son tour, ce qui était loin d'être certain (il s'était quand même fait poignarder dans le visage) - ça voudrait tout dire.

Et pour le reste... Hannibal les aurait bien vus s'enfuir, peut-être pas à Florence, puisqu'il y était recherché, mais ailleurs - l'Europe était grande, et il connaissait un tas d'autres endroits qu'ils pourraient apprécier à deux.

Et puis il faudrait s'occuper de Bedelia. Et d'Alana. Quel délice ce serait pour lui de tuer Alana en compagnie de Will - voir toute leur ancienne relation se dissoudre définitivement au moment où Will lui planterait un couteau dans le cœur. Rien que l'idée lui fit pousser un soupir  de satisfaction.

Il envisagea de poser sa main sur celle de Will, sur le volant, ou sur sa cuisse, mais décida d'y renoncer. Si le meurtre ne faisait pas reculer Will, il suspectait qu'un contact physique non désiré serait suffisant pour l'effaroucher.
A supposer qu'il soit non-désiré, bien entendu, mais Will était imprévisible - c'était ce qui l'avait toujours attiré chez lui.

- Est-ce que ça va ? demanda-t-il à la place. Si tu sens que tu t'endors, on peut parler. C'est un bon moyen de rester éveillé. Si tu en as envie, bien entendu, ajouta-t-il après réflexion.

Il était un peu trop épuisé pour recourir à ses techniques de manipulation habituelles, mais Will n'était pas en meilleur état non plus, après tout. Pour une fois, peut-être qu'il pouvait être simplement lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle-du-yaoi.aforumfree.com
Zazaaaah
Pure Angel
Pure Angel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 22
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/08/2015

Feuille de personnage
Pseudo: Will Graham
Âge:
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Jeu 3 Sep - 3:20

Dire qu’il était difficile de conduire était un énorme euphémisme. Will tenait tant à rester concentré sur la route qu’il y voyait trouble, accentuant le mal de tête qui cuisait littéralement ses tempes. Il leur faudrait presque une heure entière avant d’arriver et même si garder le volant durant tout ce temps relèverait du miracle, il voulait éviter le plus possible qu’Hannibal soit à sa place, malgré le fait qu’il lui ai proposé la chose dès le début - et qu’il le lui rappellerait sans doute.  

Lorsqu’ils seraient enfin à bon port, il pourrait relâcher la pression et s’écrouler, mais pour le moment il pouvait tenir. Il devait tenir.

Les premières minutes ne furent brisées que par le bruit du moteur et il ne s’en plaignait pas, les yeux rivés sur le bitume éclairé par les phares de la voiture. Bataillant intérieurement contre la douleur, la fièvre et l’immense fatigue qui l’avalait, il préférait largement ne pas se préoccuper de l’après. Car oui, relativement tôt ou tard, ils devraient discuter de ce qu’ils allaient faire lorsque leurs blessures le permettraient. A ses côtés, Hannibal demeurait impassible et, à nouveau, il ne pouvait qu’admirer son self-control.

Même s’il faisait tout pour ne pas se focaliser là-dessus, même si son corps se rappelait à lui à chaque seconde, Will se demandait de quoi l’autre homme avait envie. Il était clair depuis un moment qu’Hannibal nourrissait un certain type de sentiment à son égard et ses mots, ses gestes avaient été sans équivoque. Pourtant, il ne savait absolument pas à quoi s’attendre. Cela le mena immanquablement à se demander de quoi il avait envie, lui aussi, mais la réponse était tellement évidente qu’il retint un soupir de justesse.

Sa présence dans cette voiture valait toutes les explications du monde. Pour quelles raisons, alors que ses propres blessures le rendaient fou, serait-il en train de conduire Hannibal le Cannibale chez un médecin, après avoir abattu un homme avec lui dans l’extase la plus totale, s’il n’y avait pas ce quelque chose, ce lien, ce sentiment indéfinissable qui les maintenait ensemble ?

Il avait peut-être mis des années à l’accepter mais il avait finalement réussi et faire ce pas avait été encore plus libérateur qu’il ne l’aurait jamais pensé. Il savait qu’il recherchait encore le sang, qu’il rechercherait encore cette exaltation et il n’y avait qu’une seule personne avec qui il pourrait et voulait la partager.

Même la mort n’avait pas voulu d’eux ce soir.

Hannibal poussa un soupir que l’on aurait pu qualifier de rêveur. Les sourcils de Will se froncèrent l’espace d’une fraction de seconde mais il ne fit pas de commentaire et se contenta de fixer l’asphalte du mieux qu’il le pouvait – autant dire avec peine. La minute d’après, l’homme avait l’air en proie à un conflit intérieur en l’observant, chose absolument incroyable compte-tenu de son absence d’émotion habituelle, celle-ci même qu’il brandissait comme un bouclier et qui l’élevait au rang d’être supérieur. Sans doute qu’il possédait encore une part d’humanité s’il se décidait à baisser ses défenses. Ou plutôt, sans doute que son humanité le rattrapait au grand galop par le sang qui s’échappait de son corps.

Will aurait cependant dû se douter qu’avec cette soudaine transparence, il ne resterait pas silencieux jusqu’à leur arrivée.

" Est-ce que ça va ? Si tu sens que tu t'endors, on peut parler. C'est un bon moyen de rester éveillé."

Hannibal fit une petite pause avant de rajouter :

" Si tu en as envie, bien entendu."

Will lui jeta un coup d’œil furtif. La conversation viendrait-elle si vite ? Enfin, il avait quand même l’impression d’être retourné des années en arrière, lors de leurs face à face dans le bureau du psychiatre. Cela le fit légèrement sourire et il sentit la plaie de sa joue suinter alors que du sang coulait dans sa bouche. Il lui faudrait vraiment des points. Encore.

- C’est aussi un bon moyen pour toi de savoir ce que je suis en train de penser sans que tu ne poses vraiment de questions. Tu me laisses même le choix, comme c’est gentil.

Il lui fit un nouveau petit sourire qu’il aurait certainement pu décrire comme taquin s’il s’était vu. Son regard se fixa sur la route à nouveau. Il sentit une sueur froide rouler de sa nuque jusqu’au milieu de son dos. Il leur restait un peu plus d’une quarantaine de minutes.

- Je crois que je peux gérer encore un moment. Par contre, je ne te garantis pas que je resterai conscient lorsqu’on sera arrivés.

Il mentait, bien sûr, car son corps tout entier devait hurler qu’il avait dépassé ses limites depuis longtemps mais il n’en tenait pas compte. Avec un peu de chance, Hannibal n’y ferait pas attention non plus.
Will eut soudain l’horrible impression d’être spectateur de ses propres mots lorsqu’ils s’échappèrent de sa bouche sans son consentement.  

- Si tu veux parler, dis-moi. Et après ? Après, on fera quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sana
Loves her Mohno
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7946
Age : 28
Localisation : Somewhere else
Réputation : 12
Date d'inscription : 30/05/2007

Feuille de personnage
Pseudo: Fye D. Flowright
Âge: 23
Sexe: Masculin

MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   Mar 8 Sep - 23:40

Will avait l'air d'avoir un mal fou à conduire - ce qui semblait logique. Mais comme il ne faisait pas mine de vouloir échanger sa place avec Hannibal, celui-ci préféra se taire, gardant un œil attentif (dans la mesure du possible quand on était bourré de drogues jusqu'aux yeux) sur lui, pour détecter le moment précis où il ne pourrait plus tenir. Hannibal ne se faisait aucune illusion sur le fait que le moment arriverait avant d'atteindre le point indiqué par le GPS.

Par certains côtés, il était curieux de savoir jusqu'où Will serait capable de tenir - et de savoir à quel point il pouvait supporter la douleur. Il avait une haute tolérance, il en était certain ; après tout, il s'était fait poignarder quand il était flic, il avait reçu une balle dans les deux épaules, il s'était fait ouvrir le ventre au coutelas, ouvrir le front à la scie... même si ça ne rendait pas l'expérience plus agréable, on ne pouvait pas dire qu'il n'avait pas une certaine expérience de la douleur.

Et ça faisait partie de ce qui le rendait irrésistible aux yeux d'Hannibal - par conséquent, si Will persistait à vouloir continuer à conduire, et à souffrir, le pansement sur sa joue s'imbibant de sang, Hannibal ne chercherait pas à l'arrêter. La seule chose qu'il espérait, c'était qu'ils ne se tuent pas en voiture. Hannibal n'avait pas peur de la mort (ç'aurait été un comble), mais en ce qui le concernait, il espérait la tenir à distance pour plusieurs raisons : d'un, parce que c'est ridicule de mourir dans un accident de voiture lorsqu'on était le serial killer le plus prolifique des Etats-Unis. De deux, parce qu'il avait survécu à Francis, à la chute, au retour, et que c'était bête de mourir maintenant. De trois, parce qu'il avait enfin Will à sa portée, Will qui l'acceptait, qui appréciait la beauté de ce qu'il faisait, et ça, ça méritait bien de vivre pour en profiter. Il n'aurait pas détesté mourir avec lui, mais tant qu'à faire, il préférait mille fois plus survivre avec lui.

Il vit Will tressaillir lorsqu'il prit la parole, et sourire - pour autant que ce soit possible avec sa joue blessée - en lui répondant.

"C’est aussi un bon moyen pour toi de savoir ce que je suis en train de penser sans que tu ne poses vraiment de questions. Tu me laisses même le choix, comme c’est gentil."

Hannibal fixa Will en silence un instant, examinant à la vitesse de la lumière plusieurs scénarios possibles - il n'aimait pas le ton de cette phrase, et il eut envie de le faire comprendre à Will, mais le sourire que lui offrit celui-ci le désarma, il fallait bien l'avouer, et Will reprit :

"Je crois que je peux gérer encore un moment. Par contre, je ne te garantis pas que je resterai conscient lorsqu’on sera arrivés."

Hannibal haussa un sourcil. Il s'attendait à ce que Will perde conscience bien avant d'y arriver, mais si ce n'était pas le cas, son admiration pour lui augmenterait encore de quelques échelons. Il commençait à croire qu'ils étaient infinis.

"Si tu veux parler, dis-moi. Et après ? Après, on fera quoi ?"

Hannibal ne s'attendait pas à ces mots. Will avait toujours un mal fou à parler de ses problèmes, et le voir mettre de lui-même le sujet sur le tapis était assez surprenant - tout comme l'emploi du "on" qu'Hannibal ne manqua pas de remarquer, et qui lui procura une vive satisfaction, et un pic d'adrénaline suffisant pour que son esprit embrumé par la douleur et les médicaments s'éclaircisse légèrement.

Il eut un sourire.

- Pas la peine de te tourmenter, Will. Si on survit à cette nuit, le reste sera beaucoup plus simple. Encore faudrait-il qu'ils y survivent. Mais Hannibal n'était rien sinon optimiste. J'ai une autre maison que le FBI ne risque pas de trouver de sitôt. On pourra s'y installer le temps de se remettre, et de prévoir notre avenir plus en détails.

"On". "Notre avenir." Et le futur en lieu et place du conditionnel, pour bien faire comprendre à Will que même s'il avait l'impression inverse, il n'avait pas le choix ; il était condamné à rester avec Hannibal, maintenant qu'il s'était rendu à lui, là-haut sur la falaise.
S'il partait, Hannibal le suivrait et le tuerait.

Il avait assez partagé Will Graham avec les autres. Maintenant, il était temps que sa patience soit récompensée et qu'il l'ait à lui tout seul.

- Donne-moi le volant, finit-il par dire lorsqu'il vit Will dodeliner de la tête. Je vais conduire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle-du-yaoi.aforumfree.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath   

Revenir en haut Aller en bas
 
RP Hannibal [Zazaaaah] - Post Wrath
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Eden] escarmouche post apocalyptique
» Could not obtain post/user information.
» Mettre une image dans un post (en image pas à pas)
» Fallout et jeux post-apocalyptiques
» ajouter une photo dans un post

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le cercle du yaoi :: Divers :: Petits jeux entre amis ^^-
Sauter vers: